L’acquisition de nouvelles compétences s’appuie sur des connaissances antérieures et demande des savoirs faire déjà acquis. Notre offre de formations ne fait pas exception à cette règle. Les programmes pédagogiques proposés nécessitent généralement des prérequis maîtrisés par les stagiaires.

Dans la pratique, nous indiquons pour chacune de nos formations les prérequis nécessaires pour pouvoir la suivre dans de bonnes conditions et en tirer un profit maximum.

Cette information succincte permet à minima au stagiaire d'autoévaluer sa capacité à l’intégrer.


Entretien préliminaire à la validation de l’entrée en formation

Lors d’un entretien préliminaire systématique avec le stagiaire, nous validons la maîtrise des connaissances ou des savoir-faire minimum pour optimiser la formation envisagée.

Le déroulé pédagogique de la formation est transmis au futur stagiaire (et à son employeur pour validation) et repris lors de cet entretien préliminaire.

Objectif de l'entretien préalable

Les informations à collecter sont les suivantes :

  • Faire ressortir la (les) demande(s) spécifique(s) du stagiaire.
  • S’imprégner de la culture et des données spécifiques propres au stagiaire et à son entreprise (secteur d’activité, marché, usages…)
  • Imaginer un travail sur la base d’atelier / d’exercices en petits groupes qui permettent de s’approprier (avec l’aide des autres) les acquis théoriques
  • Mesurer le degré d’implication et de motivation du futur stagiaire.

Point clés vérifiés

Au cours de cet entretien, nous vérifions systématiquement

  • Le niveau de formation et expérience dans le domaine concerné. Quelques questions techniques précises vont permettre de déterminer le niveau exact des compétences déjà valides chez le stagiaire.
  • Les objectifs à atteindre (ce que le stagiaire sera capable de faire après la formation) en accord avec l’entreprise.

Notre équipe pédagogique a développé des modules de formation qui permettent de répondre le mieux possible aux différents modes de fonctionnement de nos stagiaires

1. Répondre aux attentes d’un public de type auditif :

Les exposés – l’apport de matière et de contenu – se fait dans un langage précis et technique. Pour autant nous développons une reformulation qui permette à chacun de comprendre et d’accéder à des univers parfois austère (comptabilité, gestion, fiscalité, droit…).

Nous attachons une importance toute particulière à cette démystification du vocabulaire pour rendre compréhensible à tous des notions souvent abstraites voire hostiles !

2. Répondre aux attentes d’un public de type visuel :

Toutes nos formations sont réalisées sous forme de présentation PowerPoint. Ce qui permet de présenter directement de manière visuelle tous les points contenus dans le déroulé pédagogique. Et donc de favoriser le transfert de connaissances de ceux qui apprennent mieux au contact d’un tableau, d’un graphique ou d’une image ! Les slides présentés sont à priori le meilleur support pour apporter des connaissances ou des informations de type chiffres, statistiques, seuils…

Bien évidemment elles sont doublées d’un commentaire oral de la part de nos formateurs

3. Répondre aux attentes d’un public de type communicatif :

Notre équipe pédagogique est largement rodée aux différentes techniques d’animation. Elle sait susciter et provoquer le débat, l’animer et le cadrer et faire émerger des sensibilités ou interprétations différentes si besoin.

Du coup le stagiaire intervient dans le débat, pose ses questions, reformule ses questions et se lance dans une amorce de solution. Le débat permet souvent à un autre stagiaire de traduire dans son vocabulaire les thèmes traités oralement ou visuellement.

D’où un enrichissement collectif pour chaque participant.

4. Répondre aux attentes d’un public de type acteur – moteur :

Il s’agit ici d’impliquer le stagiaire dans le déroulement même de la formation.

C’est ce que nous réalisons systématiquement au travers des exercices de synthèse. La solution est apportée devant l’auditoire par un stagiaire qui va exposer sa méthode de travail et comment il obtient le résultat cherché.

Il le fait avec ses mots, ses gestes, ses images et propose au groupe une véritable prestation qui vient en renfort de celle du formateur.

L’expérience du « learning by doing » apporte à ceux qui fonctionnent ainsi une réelle possibilité d’intégrer et de domestiquer les différents points du contenu pédagogique.